Posts Tagged 'barusamikosu'

Hello world!

Alors que j’étais plongé depuis plusieurs jours dans une méditation profonde centrée sur la meilleure façon d’entamer ce blog – j’avais à l’esprit un premier post d’un style percutant et d’une pertinence rarement vue dans le petit monde de la blogosphère – un élément perturbateur vint me sortir de ma torpeur réflexive…

( ̄ω ̄) ~ J-2 : Epicness grotaesque ~ 1 year of animus ~ Shio kudasai.: ton blog est naze
( ̄ω ̄) ~ J-2 : Epicness grotaesque ~ 1 year of animus ~ Shio kudasai.: y’a rien dessus

Bigre, me dis-je avec indignation à la vue de cette agression MSNienne, mais c’est qu’il a raison en plus. Alors voilà, je m’en vais ajouter du contenu là où il n’y en a pas. Seulement, comme j’ai horreur des premiers posts et que je ne suis passablement pas inspiré, vous devrez vous contenter d’un essai sur Lucky☆Star.

Timotei!

Her moe level...

Il est de notoriété publique d’un essai sur Lucky Star représente un échappatoire quasiment universel. Néanmoins, si vous pensez une seule seconde que je vais céder à l’appel facile du plagiat et souligner les parallèles entre les choco-cornets et le théâtre de Samuel Beckett (ne riez pas, je pourrais le faire), vous vous fourvoyez dans les ténèbres de la forteresse de solitude embourbée dans la froideur de la solitude de la nuit de la mort (ne cherchez pas, ça ne veut rien dire).

Non, en lieu et place de ce sujet fort intéressant, je vais vous entretenir…

De la symbolique post-moderniste du vinaigre balsamique

Tous les universitaires un minimum sérieux connaissent le personnage de Tsukasa pour ses multiples implications philosophiques, sociologiques, politiques et philatéliques (pourquoi pas).

barusamikosu!

barusamikosu!

Si vous vous demandez pourquoi つかさ martyrise cette pauvre plante, il faut en revenir à l’origine du phénomène.

Mais, me direz-vous, quelle est donc la nature du message se cachant derrière une airhead qui entonne « バルサミコ酢 » (vinaigre balsamique) après avoir entendu le mot dans une quelconque émission culinaire ? Mais, m’écrié-je d’un air abasourdi, c’est l’incarnation même de la pensée post-moderne ! Wikipédia évoque Andy Warhol, cet artiste (mais si) américain qui convertissait fort astucieusement des icônes de la consommation de masse en œuvres d’art via des procédés par ailleurs industriels. Ne serait-ce pas une situation analogue au vinaigre de Lucky Star, qui fait sa première apparition sur un écran télévisé (LE média de masse par excellence) et devient par la suite rien de moins qu’un élément humoristique récurrent et chargé de signification, alors qu’il aurait dû passer inaperçu entre une pub pour ramens et le drama du soir.

Les plus avertis d’entre vous feront le rapprochement avec les fameux memes – et notamment les immanquables internet memes – ces éléments culturels qui se répliquent à l’infini, si bien qu’au bout d’un temps leur origine même finit éclipsée, sinon oubliée. N’est-ce pas ce qui finirait par arriver à la bouteille de vinaigre balsamique mentionnée deux ou trois fois par une espèce d’équivalent japonais de Joël Robuchon ? Et en fin de compte, dans ce monde post-moderne absurde, l’origine des traditions culturelles compte-t-elle encore ?

L’exemple par excellence en est la vertigineuse nouvelle Tlön, Uqbar, Orbis Tertius (publiée dans le recueil Fictions) de Jorge Luis Borges dans laquelle le monde réel est peu à peu colonisé par le monde fictionnel de Tlön. nous dit Wikipédia.

Déjà, je tiens à me la péter une fois de plus en précisant que j’ai lu la nouvelle (qui, en effet, mériterait bien une ou deux relectures). Borges est un artiste argentin incontournable, comme nombre d’autres par ailleurs. Mais pour en revenir à notre assaisonnement, Tsukasa adopte involontairement une démarche similaire en s’appropriant l’objet verbal et virtuel (il ne s’agit que d’une retransmission télévisée) du vinaigre balsamique et en l’intégrant dans son propre ensemble culturel. Mais en réalité, Lucky Star étant lui-même une construction fictive, le spectateur se voit confronté à une belle mise en abyme : Tsukasa retient, remanie et réutilise le mot « Vinaigre balsamique », l’intègre dans sa réalité, et, dans le même temps, l’audience fait de même ! Preuve s’il en est, barusamikosu est devenu un meme dans notre univers tridimensionnel… Il s’agirait finalement d’une sorte de meme transcendant, complètement trivial et pourtant incontournable.

Pour conclure mon exposé, chères collègues de l’académie, je souhaiterais présenter le document iconographique suivant :

Meatbaaaall

Meatbaaaall

Il s’agit d’un capture d’écran moe de Misao, une autre figure emblématique de la série dont il y aurait fort à dire…

Tout ça pour dire, finalement, que j’aurais aimé être aussi inspiré quand j’ai rédigé mon mémoire en un mois chrono. La prochaine fois, nous aborderons le symbolisme religieux dans keroro gunsou, de arimasu~.

Farewell my friends. May the grace of the twilight dragon…oh, what the hell.

Publicités

Time Machine

septembre 2017
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Into the Twittersphere

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

RSS Last.fm

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Gurotaku Network

Categories

Shopping

Infinite Library